Trash Land by José Ferreira

Imaginez-vous, enfant du XXIè siècle, accoutumé au glamour, à la sur-brillance et au désirable, soudainement confronté au tiers-monde, à sa misère, ses odeurs et, pour nous, drogués de la post-modernité, à son inconcevable effectivité. Et bien, à peu de choses près, voila ce qu’a vécu le jeune photographe portugais José Ferreira lors de son périple au Mozambique. A quelques foulées de l’aéroport national de Maputo, il découvre la décharge d’Huléne, un vaste territoire où gravite un microcosme composé de parias, d’exclus, d’êtres privés de tout. Abasourdi, choqué par la violence de la scène ou des émanations, il agrippe, dans une convulsion réflexe, son appareil. Un témoignage, intitulé « Trash Land », qu’il nous livre aujourd’hui et qui, malgré l’éclat du papier glacé ou de nos écrans super-pixelisés, bouscule tout individu doté d’encore un minimum d’intérêt pour autrui.

Trash Land par José Ferreira

La situation? Nous la connaissons tous. Famine, pillages légalisés, chômage,… Et des populations qui doivent subvenir aux besoins vitaux d’un corps. La série, suffisamment explicite, nous interdit toute dramatisation. Cependant, que l’on ne nous accuse pas de paternalisme! Car la seule complaisance est celle qui a conduit six milliards d’Hommes à autoriser, tacitement au moins, la mise en place d’une telle chaîne alimentaire. Une organisation systémique qui recycle l’irrécupérable, vend ce que d’autres jettent, troque du métal rouillé et du caoutchouc contre de la nourriture, le biocarburant d’ailleurs ou contre les aliments rassis de nos chiens, chats, cobayes et rats domestiqués. De quoi questionner la modernité, les notions de progrès, d’évolution. Et pour reprendre le concept de Montaigne, un bon sauvage ou un animal fouilleraient-ils, dans leur habitat naturel, un tel amas de putréfaction et de mort certaine?

Trash Land par José Ferreira

 

Trash Land par José Ferreira

 

Trash Land par José Ferreira

 

Trash Land par José Ferreira

 

Trash Land par José Ferreira

 

Trash Land par José Ferreira

 

Trash Land par José Ferreira

 

Trash Land par José Ferreira

 

Trash Land par José Ferreira

 

Trash Land par José Ferreira

 

Trash Land par José Ferreira

 

Trash Land par José Ferreira

 

Trash Land par José Ferreira

 

Trash Land par José Ferreira

Images © Jose Ferreira

La décharge de Maputo n’est malheureusement pas la seule à nourrir des Hommes. Le film « Waste Land » de Lucy Walker atteste d’une situation équivalente au Brésil. Seule consolation, des photographes aux horizons divers brandissent, comme armes de contestation, leurs objectifs sur ces phénomènes.

 

Lire plus d’articles sur José Ferreira

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *