Kansas City by Robert Altman (Film + Soundtrack)

En 1996, Robert Altman sortait « Kansas City ». Un film mémorable, tant pour son scénario loufoque que pour son époustouflante bande-son. Le réalisateur américain, adepte des narrations à trois bandes, y retourne à la ville de son enfance, le Kansas City des années 1930 rythmé par l’âge d’or du jazz et du gangstérisme, pour conter l’incroyable rencontre entre une bourgeoise shootée au laudanum et une télégraphiste vulgaire aux airs de starlette, amoureuse au point d’entreprendre l’impensable. Le film s’appuie sur les interprétations de Jennifer Jason Leigh, Miranda Richardson, Harry Belafonte ou encore Steve Buscemi.

« Evocation de Kansas City, ville de tous les dangers, dans les années trente à travers les aventures d’une jeune télégraphiste qui kidnappe la femme d’un homme politique influent afin d’obtenir la libération de l’homme qu’elle aime, petit malfrat tombé dans les griffes des gangsters. »

Dans Kansas City, Robert Altman poursuit donc sa méthode cinématographique, en confrontant les opposés, en croisant les récits et en brisant les clichés à coups d’anti-héros. Le film se structure, si l’on peut dire, sur des dialogues à sens unique, ou plutôt sur des monologues hallucinants, que des jam sessions au Hey Hey Club, inspirées par les célèbres échanges de Coleman Hawkins, Lester Young et Ben Webster, viennent ponctuer. Le jazz est d’ailleurs une composante essentielle de « Kansas City » puisqu’il matérialise, par ses phrasés, la frénésie et l’esprit d’improvisation de l’ensemble des personnages comme de l’époque. Ce qui évidemment nous vaut une bande-son puissante et délectante que tout amateur de middle jazz saura apprécier. Bref, Kansas City est un film qui se regarde, qui s’écoute et qui se savoure!

Kansas City by Robert Altman (Film + Soundtrack)

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *